NATURE & ANIMAUX

Ces « arbres qui marchent » en Équateur peuvent-ils réellement se déplacer ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

Le socratea exorrhiza (palmier marcheur ou palmier à échasses) est peut-être le seul arbre mobile au monde. Il est dit que son système complexe de racines sert aussi de jambes, aidant l’arbre à se déplacer constamment vers la lumière du soleil lors du changement des saisons. Ces arbres qui marchent peuvent apparemment se déplacer jusqu’à 2-3 cm par jour, soit 20 mètres par an. Cela peut ne pas sembler beaucoup, mais c’est un marathon pour un arbre.

Les guides de forêt dans les pays latino-américains comme l’Équateur parlent aux touristes des arbres étonnants qui marchent depuis des décennies maintenant. La version la plus commune de l’histoire est que l’arbre « marche » lentement à la recherche du soleil par la croissance de nouvelles racines vers la lumière, permettant à ses vieilles racines de mourir. Les racines inhabituelles, réparties à partir du tronc quelques mètres au-dessus du sol, ajoutent à l’illusion que les arbres ont des jambes.

arbres qui marchent

L’idée bizarre que ces arbres marchent provient du fait que les scientifiques sont incapables d’expliquer les étranges racines échasses de l’arbre. Ce palmier marcheur développe des racines longues et robustes qui poussent vers l’extérieur à partir de la base de l’arbre, et prennent racine dans le sol autour, lui donnant l’apparence de plusieurs jambes. Il n’a pas fallu longtemps pour que les gens commencent à croire que ces racines agissent comme des jambes permettant au palmier de marcher littéralement dans la forêt.

arbres qui marchent

C’est une histoire fascinante que beaucoup ont tendance à croire. Malheureusement, l’arbre qui marche est un mythe.

L’idée de l’arbre qui marche a été suggérée par John H. Bodley en 1980 qui pensait qu’une telle capacité permet au palmier « de s’éloigner » du point de germination si un autre arbre tombe sur le jeune plant et le renverse. De cette façon, l’arbre peut se déplacer loin des obstacles qui sont les principaux dangers pour les palmiers immatures.

arbre qui marche

Le biologiste Gerardo Avalos, directeur du Centre des études sur le développement durable à Atenas au Costa Rica (et selon LiveScience.com), est l’un des meilleurs experts mondiaux sur le socratea exorrhiza. Il a publié une étude détaillée du palmier et de sa racine en 2005, où il a observé que l’arbre ne peut pas marcher parce que ses racines ne se déplacent pas. Quelques racines sur un côté ou un autre peuvent mourir, mais le tronc lui-même reste cloué sur place.

« Mon étude prouve que la croyance du palmier qui marche est juste un mythe », a déclaré Gerardo Avalos. « Penser qu’un palmier pourrait effectivement suivre les changements de lumière de la canopée en se déplaçant lentement sur le sol de la forêt… est un mythe que les guides touristiques trouvent amusants à raconter aux visiteurs de la forêt tropicale ».

arbres qui marchent

Le mythe a également été discrédité dans le numéro de décembre 2009 du Skeptical Inquirer. « Aussi intéressant que ce serait de penser que lorsqu’il n’y a personne autour des arbres ils se déplacent à pied sur le sol de la forêt tropicale, c’est un simple mythe ». L’article a également cité deux études détaillées qui en sont venus à cette même conclusion.

Les chercheurs ne savent toujours pas quel rôle ces racines-échasses uniques jouent. Certains suggèrent que les racines multiples permettent à l’arbre d’être plus stable dans les zones marécageuses, ou quand il y a trop de débris dans le sol, ils peuvent les éviter en déplaçant leurs racines. Il a été suggéré que les racines échasses permettent au palmier de croître plus haut pour atteindre la lumière sans avoir à augmenter le diamètre de la tige, investissant ainsi moins de biomasse dans les racines souterraines que les autres palmiers. Bien sûr, aucune de ces théories n’a jamais été confirmée. Plus important encore, personne n’a jamais vu ces palmiers marcher.

arbres qui marchent

Crédits : Amusing Planet, Reinaldo Aguilar, palmedia, Sandor, Katja.

Écrire un commentaire